Archive for the ‘Indochine’ Category

Structures d’une domination 10

La rentabilisation des finances coloniales Dès le printemps de 1897, Paul Doumer réorganise de fond en comble les finances indochinoises. Par quels mécanismes optimiser le prélève¬ment sur le produit paysan ? Enjeu immense, redoutable dans la mesure où le mode de prélèvement tenait à toute l’organisation sociopolitique de ces sociétés, par exemple à celle du […]

Structures d’une domination 9

L’investissement communautaire (villages, familles, lignages) dans le mandarinat persiste quasi intact. Tout comme au temps du Dai Nam indépendant. Dans une certaine mesure, la mise en place du protectorat a été l’occasion d’une sorte de revanche historique pour l’élite lettrée du Nord, qui, sous les règnes de Minh Mang et de Thieu Tri, semble avoir […]

Structures d’une domination 8

La seule stratégie coloniale possible a consisté à essayer de construire patiemment une structure étatique centrale minimale par la fonctionnari¬sation les autorités des muong et par la transformation des cours prin- cières lao en appareils modernes. Chez les peuples montagnards (Proto- Indochinois du Centre et du Sud, Thai de l’Est, Hmong et Lu du haut […]

Structures d’une domination 7

Une organisation similaire achève de se mettre en place au Cambodge. Le tournant a été pris en 1891 par la fusion du trésor royal avec le budget du protectorat. L’ordonnance royale du 11 juillet 1897 organise un Conseil des ministres présidé par le résident supérieur, toutes les ordon¬nances royales doivent être contresignées par ce dernier […]

Structures d’une domination 6

Ainsi est mis sur pied un appareil étatique cohérent. Mais il est dès l’origine porteur de ses propres inerties. Les réformes de Doumer abou¬tissent en effet à une centralisation rigide que Sarraut s’efforcera d’atté¬nuer en 1911 -1912, en diminuant l’effectif des fonctionnaires et en décon¬centrant les Services généraux. Elles renforcent aussi la tendance au fonctionnarisme, […]

Structures d’une domination 5

L’achèvement de l’État indochinois (1897-1911) Avec l’arrivée de Paul Doumer au gouvernement général en 1897, une étape nouvelle s’ouvre dans l’histoire indochinoise. La colonisation prend son élan avec la reprise de l’économie mondiale. La fin des résis¬tances armées permet à l’ancien ministre des Finances du cabinet Léon Bourgeois en 1895, personnalité vigoureuse et autoritaire du […]

Structures d’une domination 4

Un « Lang Son financier » Enfin, et surtout, la pacification de l’Annam et du Tonkin coûte beau¬coup plus cher que la prise de possession initiale. De 1859 à 1895, les dépenses totales de la France en Indochine ont été d’environ 750 millions de francs 1913. On a dû très vite abandonner les illusions courantes […]

Structures d’une domination 3

Le sens profond que vont lui donner Piquet (1889-1891) et surtout De Lanessan (1891-1894) est d’établir une alliance solide avec la Cour et le mandarinat vietnamien (mais il en ira de même au Cambodge et en pays lao). En particulier avec cette fraction des mandarins — « le parti national annamite […] selon De Lanessan […]

Structures d’une domination 2

Ce mode de contrôle direct de la société colonisée a sans doute été faci¬lité par le profil culturel propre au Sud du Vietnam, moins imprégné que le Nord et le Centre par la culture confucéenne et où la tradition sudesta- sienne à la fois mystique et bouddhique, éclectique et métisse, était très vigoureuse. Cet environnement […]

Structures d’une domination

S’il faut en croire Albert Sarraut, « les colonies sont des États en devenir ». De fait, dans l’histoire des systèmes politiques indochinois, la colonisation française représente une cassure fondamentale : avec elle s’implantent, de l’extérieur mais de manière irréversible, les formes modernes de l’État. Leur greffe s’est effectuée dans l’improvisation, au feu de la […]

Powered by WordPress