Archive for the ‘Indochine 4’ Category

Le déclin et la fin de l’Empire français en Extrême-Orient 12

Ho Chi Minh choisit la temporisation Par l’intermédiaire de J. Sainteny — nommé commissaire de France au Tonkin -, des négociations triangulaires sont engagées entre le gouverne¬ment français, celui de la République démocratique du Vietnam et le gouvernement chinois. Ho Chi Minh doit accepter de signer les accords du 6 mars 1946 avec la France […]

Le déclin et la fin de l’Empire français en Extrême-Orient 11

Par-dessus tout, le nationalisme de la nation dominatrice ne pouvait pas se concilier avec le nationalisme des colonisés contrairement à l’illu¬sion des libéraux français comme de leurs homologues hollandais à un an de distance (accords de Linggadjati signés en mars 1947 avec la Répu¬blique indonésienne). Le général de Gaulle délégua en Indochine des hommes porteurs […]

Le déclin et la fin de l’Empire français en Extrême-Orient 10

Restaient les Français, dont le gouvernement était représenté à Hanoi par un groupe conduit par J. Sainteny, arrivé le 22 août 1945 avec la mission Patti. J. Sainteny se trouvait dans une situation très délicate : comment éviter de rencontrer et de discuter (manière de le reconnaître) avec un pouvoir vietnamien indépendant alors que sa […]

Le déclin et la fin de l’Empire français en Extrême-Orient 9

Les Japonais admirent l’entrée des unités de l’Armée de libération dans Hanoi au moment où celles-ci parvenaient à Gia Lam (l’aérodrome de la ville) dans la matinée du 26 août. Ho Chi Minh était entré discrète¬ment dans la ville depuis le 21. Le 2 septembre, il proclama l’indépen¬dance du Vietnam, appelé désormais République démocratique du […]

Le déclin et la fin de l’Empire français en Extrême-Orient 8

Le PCI était la seule organisation politique qui avait une stratégie nette¬ment définie, une tactique arrêtée dès 1940. Son recrutement était numé¬riquement limité : le Parti comptait environ cinq mille membres dont plus d’un millier en prison, le Parti était absent de certains districts et même de provinces. Cependant en 1945, l’implantation communiste s’étendait à […]

Le déclin et la fin de l’Empire français en Extrême-Orient 7

La situation est cruciale car les communications et les transports, vitaux pour la survie du Tonkin surpeuplé, sont interrompus par les bombardements de l’aviation alliée et les interventions des sous-marins américains. Au cours des sept premiers mois de 1944, 8 600 tonnes de riz seulement sont chargées à Saigon à destination du Tonkin (80 000 […]

Le déclin et la fin de l’Empire français en Extrême-Orient 6

Le talon d’Achille de l’Indochine : l’économie Le territoire de la péninsule ne fut pas un champ de bataille, seules quelques villes et l’axe ferroviaire nord-sud furent victimes des bombar¬dements anglo-saxons. Mais la guerre exerça son trauma principalement par le biais de l’économie. Plus encore que la crise économique de 1931, elle révéla la vulnérabilité […]

Le déclin et la fin de l’Empire français en Extrême-Orient 5

Le retour aux sources de l’intelligentsia vietnamienne Un groupe de scientifiques, avec à leur tête l’ingénieur polytechnicien et agrégé de mathématiques Hoang Xuan Han (auteur du premier dictionnaire scientifique en quôc ngu), crée le Bao Khoa Hoc («Journal des sciences ») pour diffuser, en quôc ngu, les connaissances scientifiques auprès d’un public cultivé. La revue […]

Le déclin et la fin de l’Empire français en Extrême-Orient 4

Toutefois, des nécessités impératives conduisirent celui-ci à recruter plus de fonctionnaires indochinois, à confier des postes de responsabilité à certains et à réduire la disparité des soldes entre Indochinois et Français. En fait, le ministre des Colonies E. Mandel avait déjà promulgué des décrets, en 1938 et 1939, qui ouvraient les écoles et la carrière […]

Le déclin et la fin de l’Empire français en Extrême-Orient 3

Le gouvernement de l’amiral Decoux Le gouverneur général Catroux ayant rallié la France libre après avoir été relevé de ses fonctions par le gouvernement de Vichy, la direction des possessions indochinoises était confiée à l’amiraljean Decoux 5. La tâche primordiale, et la plus importante aux yeux de ce dernier, était le main¬tien de la souveraineté […]

Powered by WordPress