Saigon, le noeud du problème 5

Hô Chi Minh et d’Argenlieu : la rencontre
Dans l’intervalle, l’amiral a agi. Il a prié Sainteny de transmettre à Hô Chi Minh un mémorandum, daté du 17 mars, où il assure le président qu’il serait très heureux de le rencontrer personnellement, en donnant à cette entrevue officielle tout l’éclat désirable. Il proposait donc une rencontre à bord du croiseur-amiral Émile-Bertin, aussi près que possible du port de Haiphong. Il va de soi, précise-t-il, que le Président serait reçu avec tous les honneurs dus à son rang, salves d’artillerie, équipage à la bande, hurrahs, etc. D’Argenlieu ajoute qu’il ne perd pas de vue le vœu exprimé par Son Excellence de se rendre à Paris. Le Gouvernement de la République, informé, s’y est montré très sensible. Mais il estime qu’une telle visite doit être préparée et qu’il convient de tenir d’abord en Indochine les premières négociations. Y participeront cepen¬dant des délégués des ministères spécialement venus de Paris. Au terme de ces pourparlers, le Gouvernement français sera heureux d’inviter lui-même le président Hô Chi Minh à se rendre officiellement à Paris afin d’asseoir sur des bases fermes ses relations d’amitié avec le Gouvernement de la République du Vietnam, relations dont il sent tout le prix et dont il attend les plus grands avantages pour les deux pays. Pour cette première rencontre, d’Argenlieu propose le dimanche 24 mars.
L’amiral n’obtient pas la réponse aussi vite qu’il l’espérait. En effet, Leclerc et Sainteny décident de ne pas remettre le mémorandum immédiatement car, disent-ils, vu l’ambiance, on risquait une rupture définitive, le jour où, précisément, les troupes de Leclerc entraient à Hanoi. Quoi qu’il en soit, saisi finalement du mémorandum, Hô Chi Minh accepte le 20 le principe de la rencontre. Il tient à y être accompagné de Sainteny.
L’amiral d’Argenlieu rend compte à Paris, par télégrammes, mais aussi dans son journal, de la rencontre, de ses entretiens en tête à tête avec le président :
Le contact psychologique et moral s’établit. C’est la période du charme réciproque. Lorsque je dis ma satisfaction de voir la traditionnelle amitié entre France et Vietnam se rétablir, Hô Chi Minh de répliquer aussitôt : « Relations amicales entre nos deux peuples, Monsieur le Haut-Commissaire, oui, mais c’est fraternelles qu’elles doivent devenir ». Aimable¬ment je m’incline et souris.
D’Argenlieu constate que le projet d’Hô Chi Minh d’aller à Paris tourne à l’obsession. Hô lui expose ses difficultés politiques et la nécessité pour lui d’un départ sans délai pour Paris avec délégation, pour la conclusion définitive des accords. L’amiral lui démontre qu’on ne va pas comme cela à Paris. Ce projet se heurte […] aux instructions fort nettes de mon gouvernement. Paris tient à ce qu’une conférence prépa¬ratoire se tienne sans atermoiements en Indochine. […] Il faut sortir de cette impasse, et d’Argenlieu propose alors gw’une délégation de parlementaires vietnamiens parte pour Paris afin de porter à l’Assemblée constituante française le salut amical de l’Assemblée nationale de la République démocrati¬que du Vietnam. Cette démarche dans la capitale soulignerait opportunément au plan national et au plan international l’im¬portance que Hanoi et Paris attachent à nos récents accords et leur volonté réciproque d’en venir à une convention définitive.
Hô Chi Minh, agréablement surpris, accepte la proposition, mais il faudra quelques jours pour se mettre d’accord sur les termes du communiqué. Il est convenu que, dans la première quinzaine d’avril, une mission d’amitié (good will), formée de dix parlementaires vietnamiens, partira pour Paris et qu’à la même date s’ouvrira en Indochine une conférence préparatoire réunissant en une commission mixte une délégation française de douze membres […] et une délégation de douze membres de la RD VN. […]
La conférence préparatoire conduira à terme des travaux, de façon qu’une délégation de la République du Vietnam puisse être mise en route dans les plus courts délais, c’est-à- dire dans la seconde quinzaine de mai, en vue de l’ouverture, à Paris, des négociations définitives officielles.
Hô Chi Minh, non sans difficultés, a finalement donné son accord pour que la conférence préparatoire se tienne à Dalat.
La Cochinchine : un dispositif de sécurité
Alors, le 29 mars, dam un long télégramme à Paris, d’Argenlieu veut dégager une vue d’ensemble et il livre ses impressions, en y glissant quelque venin :
Le président Hô Chi Minh a une personnalité accusée et s’est entouré d’une équipe de collaborateurs dont plusieurs fort intelligents. Il sait ce qu’il veut et conduit son action avec opiniâtreté.
Il n’est pas douteux que l’indépendance — dont la revendi¬cation fut, durant des mois, le thème de sa propagande — reste son but final. En signant les accords du 6 mars, il a cependant obéi d’une part au même souci que nous d’éviter au peuple annamite les funestes conséquences d’opérations de guerre, d’autre part à la volonté de consolider l’emprise du parti qu’il dirige sur le Gouvernement de Hanoi et, si possible, sur celui de tous les pays annamites. Sa position est donc une position tactique.
Le Président possède la technique d’un chef révolution¬naire, la même que celle du parti à l’école duquel il a été formé.
Sa politique va consister maintenant à éluder les disposi¬tions qui distinguent le statut fixé par la convention du 6 mars (État libre faisant partie de la Fédération indochinoise et de l’Union française) de l’indépendance tout court.
Le premier engagement qu’il veut éliminer est celui qui le lie à la Fédération indochinoise. Il a sur ce point non seulement une position idéologique, mais la crainte objective de voir rétablir sous ce vocable un instrument de mainmise de la France sur les États fédérés, crainte que je me suis efforcé de dissiper.
Sa méthode tactique est de ne plus vouloir négocier en Indochine, mais aller au plus tôt dans ce but à Paris. Il espère, en y arrivant avec une équipe solide de compagnons, être l’objet de la curiosité et de l’attention générales, soulever l’intérêt des partis et arriver à faire pression sur le Gouverne¬ment lui-même .

Voir plus: voyage au vietnam | Croisière Halong | tour ninh binh 1 jour | excursion Ninh Binh | voyage au vietnam cambodge

You can leave a response, or trackback from your own site.

Leave a Reply

Powered by WordPress